Qu’est-ce qu’une fossette sacro-coccygienne ?

fosette sacro-coccygienne

La fossette sacro-coccygienne chez le nouveau-né est caractérisée par une dépression cutanée au niveau du coccyx ou du sacrum. Elle peut être assimilée à un phénomène anormal du moment où dans certains cas, elle peut provenir d’une anomalie sous-jacente de la moelle épinière. Dans ce cas, il faudra procéder à une échographie médullaire et/ou IRM pour la détecter. Découvrez dans cet article, tout ce que vous devez savoir sur la fossette sacro-coccygienne.

Mieux comprendre ce qu’est une fossette sacro-coccygienne

Il est possible d’avoir un nouveau-né avec une petite échancrure dans le bas du dos. Cette région doit son nom à l’os principal qui s’y trouve (le sacrum) et est appelée « région lombaire » ou « région sacrée ». Vous comprenez aisément d’où vient le nom fossette sacro-coccygienne. Il est possible d’avoir la fossette sacro-coccygienne sous deux formes. Elle peut être un simple creux dans la région qui n’est subordonné à aucune gêne ou symptôme. Elle peut parfois représenter une dépression liée au canal rachidien et peut entraîner un certain nombre de répercussions sur le système nerveux.

Présente sous forme d’entaille ou d’indentation, elle apparaît dès la naissance. On la retrouve souvent, juste au-dessus du pli des fesses. Dans la plupart des cas, ces fossettes sont inoffensives. Il n’est pas non plus impossible de retrouver des cas où elle est associée au dysraphisme spinal. On parle de dysraphisme spinal en référence à certaines anomalies congénitales qui sont à la base d’une fermeture incomplète de certaines structures telles que la colonne vertébrale. Il est question d’une catégorie hétérogène de malformations qui exposent grandement le tissu neural.

Une étude a également prouvé que 40 à 95 % des bébés qui sont atteints de dysaphisme ont une altération de la peau. Il faut donc penser à la probabilité d’une fossette dangereuse s’il y a une touffe de poils ou qu’il y a un changement de couleur de la peau proche de la partie concernée. Dans de tels cas, il peut y avoir des altérations neurologiques, urinaires, rectales ou encore orthopédiques dues à l’altération neurale. Il faut donc se dépêcher de consulter un expert et d’adopter le traitement idéal.

Les différents types de fossettes sacro-coccygiennes

Il est possible de trouver une fossette sacro-coccygienne typique ou atypique. Ces appellations permettent de faire la différence entre une situation grave et une situation bénigne. Les fossettes sacro-coccygiennes typiques ou simples sont représentées par une petite fossette située dans le pli entre les fesses. Leur dimension n’excède généralement pas 5 mm de diamètre. Il faut aussi préciser qu’elles sont proches du bord de l’anus. Elles se retrouvent dans la plupart des cas et ne présentent aucun risque pour la santé du bébé. Une étude précise même qu’elles apparaissent chez 5 % des bébés qui naissent en bonne santé.

D’un autre côté, il y a les fossettes atypiques qui sont de plus grande taille que celles typiques. Elles sont également plus éloignées de l’anus et ont plus d’un demi-centimètre de profondeur. Quand elles atteignent une certaine profondeur, elles donnent lieu à une communication anormale avec le canal rachidien. Sans oublier que le canal rachidien est une structure très sensible qui sert de moyen de cheminement à de nombreuses fibres nerveuses. Une telle communication peut donner lieu à plusieurs dommages vertébraux et neurologiques. On peut retrouver en guise de symptômes supplémentaires, le changement de couleur de la peau à proximité, ou encore des zones à proximité qui portent des touffes de poils.

Savoir faire la différence avec un kyste pilonidal

Il ne faut pas confondre la touffe de poils due à la fossette sacro-coccygienne avec le kyste pilonidal. Le kyste pilonidal contient des formations poilues et se trouve juste au-dessus des fesses. Mais la différence est qu’avec le kyste pilonidal, les poils, les déchets, les cellules et les fluides s’accumulent pour donner naissance à un bouchon.

Il faut savoir qu’il se développe généralement après la naissance. Il se retrouve également le plus souvent chez les hommes et engendre une infection. Sans oublier le fait qu’il crée une douleur et un gonflement assez important. Si vous éprouvez malgré tout, de la peine à distinguer de quel cas de figure il s’agit avec votre bébé, il est préférable de consulter un médecin spécialiste et de lui exposer le problème dans les moindres détails pour lui permettre de prendre la meilleure solution possible.

Les possibles complications et le traitement de la fossette sacro-coccygienne

Les fossettes atypiques peuvent donner lieu à un grand nombre de complications si l’on ne s’y prend pas tôt. On peut donc assister à un spina-bifida (une malformation congénitale) ou encore au syndrome de la moelle épinière attachée par exemple. Il faut savoir qu’il n’existe pas non plus de traitement pour la fossette sacro-coccygienne. Le plus important est de maintenir une bonne hygiène dans la zone concernée et d’empêcher la saleté de s’y accumuler. Si ce n’est pas fait, des infections risquent de se produire et le fait que la fossette soit proche de l’anus l’expose à une contamination par des bactéries intestinales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *