Tous les bienfaits de la Fasciathérapie

L’organisme humain est tapissé de fascias. Il s’agit de plusieurs membranes qui entourent nos os, nos muscles et nos tendons et qui, lorsqu’elles se crispent, engendrent un déséquilibre psychique et physique que seule la fasciathérapie peut corriger. Créée dans les années 80 par le kinésithérapeute et ostéopathe français Dani Bois, la fasciathérapie est une thérapie alternative manuelle qui agit exclusivement sur les fascias.

La fasciathérapie, une science au service de votre bien-être

Les fascias sont des fines membranes de tissu conjonctif qui enveloppent tous les organes du corps humain.  Principalement constituées de collagène, les fascias sont responsables de la souplesse et de la connexion que l’on ressent au quotidien avec notre corps. Ainsi, en cas de traumatisme, elles engendrent des douleurs que la fasciathérapie permettra de soulager dans un premier temps et de faire disparaître à long terme.

Cette médecine alternative se pratique avec les mains sous forme de massage profond et doux au cours duquel le thérapeute cible délicatement les zones de tensions afin d’éliminer le stress et les micro-traumatismes subis quotidiennement par le patient.

Aujourd’hui, plus d’une centaine de personnes pratiquent déjà cette médecine douce. Il s’agit principalement des kinésithérapeutes, des ostéopathes, des thérapeutes et des médecins.

La fasciatherapie se pratique en séances individuelles dans un cabinet, un hôpital ou un centre de rééducation. Rien d’étonnant quand on sait que cette thérapie naturelle est basée sur des principes assez simples.

Les grands principes de la fasciathérapie

Les principes de la méthode sont pratiquement les mêmes que ceux de la plupart des médecines alternatives :

  • Le principe de la globalité : il prend en compte la composante physique et psychique de l’être humain tout en reconnaissant que ce dernier est un tout compose de plusieurs parties reliées entre elles.
  • Le principe de l’autorégulation ou homéostasie : l’organisme humain possède ce qu’il faut pour se rétablir de lui-même de certains troubles.

En se basant sur ses 2 principes, le fasciathérapeute peut s’appuyer sur un problème précis pour soigner le patient autant au plan physique et sanitaire que mental, émotionnel et spirituel. Le but de la fasciathérapie sera de repérer par des gestes très lents et très doux les fascias rigidifies afin de les remobiliser pour relancer le mouvement interne. Il est important de noter que cette technique est absolument indolore et non manipulative. Aussi, à certains moments de la séance, le patient sera invité à exprimer son ressenti. Cela permettra au praticien de mieux calibrer la pression de ses gestes. Les mobilisations du fascia ainsi que celles des points d’appui constituent les deux phases principales de l’approche manuelle.

Pourquoi recourir à la fasciatherapie ?

Lors de traumatisme, de stress ou de mauvaise posture, les fascias se rétractent et perdent leur viscoélasticité, ce qui crée des douleurs. Sous l’effet du stress par exemple, ces fines membranes protectrices se crispent et perdent leur souplesse naturelle.

Une telle situation engendre des dysfonctionnements articulaires, circulatoires ou digestifs qui s’accompagnent de fatigue, perte de sensation ou de fluidité dans les mouvements.

Lors d’une séance de fasciathérapie, la sollicitation des fascias à travers de légers étirements et points d’appui, permettra donc de réactiver l’autorégulation naturelle de l’organisme. Mieux, en sollicitant manuellement les fascias, le kinésithérapeute rétablira leur élasticité et leur équilibre. Il est important de noter que les prescriptions du médecin varie d’une technique a une autre.

Les différentes techniques de la méthode

Plusieurs techniques viennent compléter les mobilisations et les points d’appui :

  • L’accordage somato-psychique: il permet d’aider le patient à améliorer les relations entre son corps et son psychisme. Pour cela, le praticien aide ce dernier à se recentrer sur lui-même.
  • La pulsologie ou fasciathérapie vasculaire: il s’agit d’un toucher manuel qui agit sur les liquides du corps. Avant de le pratiquer, le médecin évalue d’abord l’amplitude, la flexibilité et la diffusion des pouls du patient afin de déterminer les zones d’altération de son flux sanguin.
  • La gymnastique sensorielle: pour ressentir à nouveau les mouvements et postures de son corps, le patient est invité à effectuer des mouvements lents debout ou assis.

Les bienfaits de la fasciathérapie

Grâce au toucher fin et précis du fasciathérapeute, les organes ou les muscles touchés retrouvent toute leur souplesse et le patient regagne sa mobilité initiale, une diminution des douleurs, un mieux-être émotionnel et ressent une fluidité corporelle générale.

Les tissus du patient retrouveront aussi toute leur mobilité. Il pourra alors retrouver une certaine fluidité dans ses mouvements, recouvrer ses fonctions motrices et améliorer son bien-être.

La fasciathérapie se révèlera aussi efficace pour soulager :

  • Les pathologies du dos, des articulations, des muscles ou de la nuque : mal de dos, tendinites, entorses,
  • Les troubles de perception et de l’attention : burnout, dépression, stress,
  • Les troubles de la circulation sanguine,
  • Les douleurs chroniques : céphalées, lombalgies, acouphènes, etc.,
  • Les troubles psychiques et physiques résultant d’une chirurgie ou d’une chimiothérapie et,
  • Les troubles liés à la grossesse ou à l’accouchement,

La méthode est toutefois déconseillée en cas de phlébite avec suspicion de caillot. Malgré tous ses avantages, on s’interroge quand même sur l’efficacité de cette thérapie manuelle.

Efficacité de la fasciathérapie

Il faut savoir que la thérapie manuelle ne remplace aucunement un traitement traditionnel. Elle se positionne plutôt comme un traitement complémentaire après un diagnostic médical. De ce fait, elle est considérée par beaucoup comme un confort, ne pouvant se substituer à un avis médical.

Toutefois, selon une étude menée par l’hôpital d’Angers en 2017, 40 % des patientes souffrant d’un cancer du sein affirment que la fasciathérapie aide à réduire la douleur de la chimiothérapie. On en conclut que cette méthode est très prometteuse pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *